équipe

Carole Contant, née en 1974 est cinéaste, artiste et programmatrice de films vivant en Bretagne. Elle réalise depuis 1995, souvent en Super 8, une soixantaine de films artisanaux souvent « sous contrainte », réalisé dans le cadre du collectif Les petits Films. Depuis 2009, en tant qu’amateur, elle devient interprète pour le musée de la danse (Roman photo de Boris Charmatz, Satisfaying lover de Steve Paxton, The Show must go on de Jérôme Bel) et prolonge cette expérience. Ainsi elle s’aventure lentement dans Les cheminants, documentaire expérimental qui devrait s’achever avant l’été 2016. Depuis 2009, elle développe à Rennes, au sein de l’association peti peti, des projets hybrides entre cinéma et arts plastique ou entre danse et cinéma. Ainsi, elle collabore en 2010 à L’Évanouissement de Karlotta avec Sandrine Frétault, danseuse et chorégraphe ; elle porte un projet de « pièce kinégraphique » Sale des pa perdus, exposition représentée par les visiteurs eux-mêmes ; et réalise d’autres essais cinématographiques (Balances des blancs, Je ne suis pas une voiture, ni Vincent Van Gogh, La sorcière,…). En 2011, elle anime un atelier de cinéma expérimental avec les étudiants de Licence 3 cinéma à l’Université Rennes 2 et d’autres ateliers à la demande de structures locales (MJC Cleunay, Champs Libres, Tout Atout,…). Elle plonge dans la transmission via l’Ecole ouverte avec l’association Louma, et monte des ateliers de précinéma. Elle collabore également avec les danseurs chorégraphes rennais Latifa Laâbissi (Figure project) et Alain Michard (Louma). Avec ce dernier, un projet de pièce chorégraphique Tout Public s’amorce en 2015, Le Beau Mariage pour une danseuse (Daphné Achermann) et une cinéaste. Elle rejoint L’atelier d’Aran en 2012, est également membre de Film en Bretagne. Elle co-écrit avec Eric Thouvenel le livre Fabriques du cinéma expérimental, paru le 22 novembre 2014 aux éditions Paris Expérimental, collection Classiques de l’Avant-Garde.

Éric Thouvenel est auteur d’un livre sur Les images de l’eau dans le cinéma français des années 20(Presses Universitaires de Rennes, 2010) et d’articles dans de nombreuses revues et ouvrages collectifs, sur le cinéma expérimental entre autres. Il fait partie du groupe de recherche en cinéma de l’université Rennes 2 qui travaille, depuis 2008, sur la thématique « Filmer l’acte de création », programme soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche. Il programme depuis presque dix ans des séances dans différents lieux du grand ouest, et notamment à l’auditorium du Tambour (Rennes 2), dont il assure la co-programmation cinéma depuis septembre 2010. Il a codirigé l’ouvrage Agnès Varda : le cinéma et au-delà (PUR, 2009) et publié une trentaine de textes dans diverses revues et ouvrages collectifs. Ses recherches portent actuellement sur Gaston Bachelard, Jean Epstein, et sur les mutations du cinéma expérimental à l’époque du numérique. Il joue (mal, la plupart du temps) de divers instruments à vent et s’entraîne à faire hurler des interphones.

Sacha Gattino vit et travaille à Rennes comme compositeur, musicien et designer sonore dans la tradition des arts (sonores) décoratifs et appliqués. Il étudie tout jeune la danse classique puis la photographie et les arts plastiques à l’Université Paris 8, fait diverses formations sonores à l’IRCAM, pratique les percussions africaines et indonésiennes tout en se consacrant à l’informatique musicale.

Interfaces MIDI, instruments virtuels, échantillonnage, prise de sons, instruments et objets acoustiques viennent alimenter ses recherches en bousculant et décloisonnant tant les pratiques de musiques traditionnelles que l’usage des récents outils technologiques. Des milliers de sons originaux sont répertoriés au grès de ses captures, voyages et acquisitions d’instruments.

Au fil du temps, son espace, tel un cabinet de curiosités sonores s’emplit de collections de livres, estampes anciennes, disques, instruments, machines, objets sonores, d’ici et d’ailleurs, antiques ou récents et viennent nourrir sa pratique.

Il partage son savoir-faire depuis 1999 sur scène, en studio ou ailleurs avec des directeurs artistiques, couturiers, plasticiens, metteurs en scène, graphistes, programmeurs, musiciens, ingénieurs du son, architectes, designers, scénaristes, scénographes, écrivains, historiens et étudiants.

www.sachagattino.com

Inès Lumeau, née en 1988, étudie à l’Université Rennes 2. Elle a suivi une formation cinématographique et est actuellement en 2ème année de Master Création Multimédia et management. A l’Université, elle participe à des ateliers de cinéma expérimental et rencontre Carole Contant et Eric Thouvenel lors de différents cours. Elle réalise son premier film expérimental en 2010, Picture Show !, découvre les différentes techniques de création du cinéma artisanal et tombe sous le charme de cette pratique. Elle adhère à l’Association peti peti en 2011 et réalise son second film de fin d’année, MOVE avec l’aide de Carole Contant. Ce film allie graphisme, Super 8 et vidéo. Ce film est à l’image de ses études mêlant la création multimédia, artistiques et culturelles. Elle est depuis 2014 assistante de Colette Quesson, productrice chez « A perte de vue ».

Constance Legeay, née le 14 août 1986, est diplômée de l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes depuis 2010 et poursuit ensuite des études cinématographiques à Rennes 2 ou elle suit l’atelier de cinéma expérimental dirigé par Carole Contant. Actuellement en Master Création Multimédia & Management elle s’intéresse particulièrement à la mise en valeur et à la diffusion d’archive liées à la musique ou au cinéma via les outils numériques. Depuis 2010, elle participe à la réalisation du fanzine Making Wave autour du Punk et du Post-Punk féminin du début de la fin des années 70 et du début des années 80. Active dans le domaine associatif elle est membre des associations Rosa Vertov et Le Twist Komintern qui organisent des concerts et événements autour de la musique à Paris et à Rennes. Elle rejoint peti peti en 2011 et s’est occupée de la réalisation de son site internet.

Charlotte Kassimo, née le 18 mars 1974, devient professeur des écoles depuis 2000 à l’Académie de Créteil et effectue au cours de son enseignement des formations pour professeurs stagiaires autour de la maîtrise de la langue et de l’image dans la circonscription du Blanc-Mesnil (93). Par ailleurs elle met en place les journées de formation pédagogique Ecole et Cinema en collaboration avec le cinéma municipal Louis Daquin et participe à la mise en place de leur festival pour enfants et à la création du festival de Contis dans les Landes, dont elle est d’abord présidente puis secrétaire (2004 à 2009), et accepte le secrétariat de l’association peti peti en 2008. Actuellement, Charlotte enseigne en ITEP (institut thérapeutique et pédagogique) pour une population adolescente au sein de l’association Adage (Montpellier, Hérault).